About Newood

Et … un jour, la technologie Newood est apparue et ma vie a soudainement changé. Plus d’ossature, plus de charpente, on ne  cloue plus et on ne visse plus. Nous avons découvert la construction par coques sans ossatures ni charpentes. Des doubles coques en bois parfaitement maintenue parallèle par toute épaisseur désirée de polystyrène expansé. Tous les matériaux étant collés  ensemble  à 100 %. Et avec ce matériau, nous produisons des éléments en bois composite préfabriqués pour la construction générale. Eléments préfabriqués qui sont ensuite soudés ensemble par des colles structurales dont les résistances mécaniques sont supérieures à celles légendaires des fibres de bois. Un souffle révolutionnaire technologique nouveau, à vous faire changer de paradigme, pour donner réalité à vos rêves constructifs.

And ….  one day came up the Newood technology and suddenly my life changed. No skeleton, no framework anymore, no nailing, no bolts. Came up shell building. A double wooden shell perfectly maintained parallel by any wanted thickness of expanded polystyrene. All materials bonded 100% together. And with that material we produce prefab composite wood elements for general building. The prefab elements are bonded together with structural bonds of which the mechanical resistance is higher than those legendary of the wood fibers. A revolutionary, blow your mind, change your paradigm, building system.

Ossature bois traditionnel et Newood construction par coques comparés.

Traditional wood skeleton and Newood shell building compared.

I – Newood, le matériau de construction.

Newood c’est d’abord un matériau composite de construction qui appartient à la filière bois. L’assemblage de polystyrène expansé de haute qualité et de panneaux bois OSB avec des colles structurales (dont la faculté d’absorption de chocs élevés peut atteindre jusqu’à 16 MPa (160 kg/cm²) qui permet d’obtenir ce que l’on appelle un matériau sandwich (en physique «l’effet sandwich»). Avec cet assemblage nous réalisons des blocs dont celui standard mesure 2m50 de long par 40 cm de haut et de 40 cm de large. La largeur des blocs (40 cm) détermine l’épaisseur des murs, des planchers et des toitures. Les blocs sont dimensionnés pour permettre toutes les formes constructives : planes, courbes, à double courbure et sphériques.

II – Newood, la dimension cachée.

Dans l’épaisseur des blocs, nous pouvons faire fonctionner et faire circuler. Dorénavant les portes extérieures et intérieures seront à galandage. Une porte à galandage n’est pas une porte coulissante rapportée sur un mur, mais coulissant dans son épaisseur. De même pour des volets isolés à galandage (également hautement antieffraction).

Pour ce qui est de faire circuler, nous proposons des goulottes pour les réseaux d’électricité, d’eau, de téléphone et autres fonctionnements d’IA. Au centre de nos blocs, nous introduisons à la demande des architectes et des thermiciens des tubes d’aération pour l’acheminement d’air frais de géothermie (horizontale et peu profond).

III – Newood, le procédé de construction.

Les blocs nécessaires à une construction sont collés ensemble avec des colles structurales. Ces colles ont des résistances à l’arrachement et au cisaillement bien supérieurs à ceux légendaires des fibres du bois. Une fois les blocs collés ensemble, nous pratiquons un laminage extérieur et intérieur de tous les murs, planchers et toitures (recto, et verso) avec des panneaux OSB par collage toujours avec des colles structurales. Ce que nous appelons la réarmature intérieure et extérieure par laminage (en physique l’effet du laminage). Avec la technologie Newood on ne cloue et on ne visse plus.

Les constructions Newood sont particulièrement homogènes. De la première rangée du rez-de-chaussée au faîtage, partout c’est le même matériau qui court. Par les effets sandwich et de lamination conjugués nous obtenons des constructions dont le ratio de résistance/poids est élevé et favorable (J. Conte, professeur en ingénierie structurale et de design parasismique, à l’UCSD et directeur de la table vibrante NHERI).

Par une épaisseur de près de 40 cm de mousse isolante PSE, les constructions Newood sont athermiques c’est-à-dire que les températures extérieures (froides ou chaudes) ne peuvent pas pénétrer les constructions. Ce qui permet avec la technologie Newood d’assurer une isolation au top niveau mondial. Par le système d’aération intégré, les constructions Newood offrent une véritable climatisation. L’hiver ou l’été, sous toutes les latitudes, ils assurent 20°C à l’intérieur. Par l’épaisseur de 0,40 m il n’y a plus question de condensation.

Le collage des éléments blocs réalise entre eux une répartition des charges interne parfaite aux murs, planchers et toitures. Par le fait de coller les structures Newood sur une dalle flottante en béton, la descente des charges totale est répartie sur tout le pourtour de la construction au contraire de la construction par ossature bois où elle est concentrée sur les pieds.

IV – Newood, résistant aux séismes, aux ouragans et aux tornades.

C’est l’homogénéité constructive qui rend Newood, pourtant un matériau léger, si résistant. Lors de contraintes exceptionnelles, les éléments constructifs ne peuvent se désolidariser. On peut retourner une construction Newood comme un bateau sans le moindre effondrement. Les ouragans et les tornades montrent clairement le «démontage» des constructions manquantes d’homogénéité justement. Une tuile, une tôle, un dépassement de toiture qui lâche et en quelques secondes une construction peut être détruit. Sur des constructions Newood, les vents ne trouvent pas de prises.

V – Newood, les métriques principales.

En résumé, les principales métriques de la technologie Newood sont :
– la très haute résistance mécanique,
– une isolation athermique (habitats ne nécessitant plus de chauffage),
– une formabilité exceptionnelle (une nouvelle dimension pour les architectes), et
– des prix coûtants à la construction de 20 à 30% inférieurs aux technologies existantes

Avec Newood, pas de chauffage, pas de dommages, pas de mortalité, pas de fatalité.

——————————————————————————————————————–

I – Newood, the building material.

Newood is first of all a composite building material that belongs to the wood industry. The assembly of high quality expanded polystyrene and OSB wood panels with structural adhesives makes it possible to obtain what is called a sandwich material (in physics «the sandwich effect»). With this assembly we realize blocks whose standard one is 2m50 long by 40 cm high and 40 cm wide. The width of the blocks (40 cm) determines the thickness of the walls, floors and roofs. The blocks are sized to allow for all constructive shapes: flat, curved, double curved and spherical.

II – Newood, the hidden dimension.

In the thickness of the blocks, we can operate and circulate. From now on the exterior and interior doors will be pocket doors. Not a sliding door fixed on a wall, but sliding in its thickness. Likewise, for insulated pocket shutters (also highly break-in resistant).

In terms of circulation, we offer ducts for electricity, water, telephone and other AI systems. At the centre of our blocks we introduce at the request of architects and thermal engineers ventilation tubes for the transport of fresh air from geothermal origin (horizontal and shallow).

III – Newood, the building system.

The blocks necessary for a construction are bonded together with structural bonds. These bonds have tearing and shearing resistances far superior to those of the legendary wood fibres. Once the blocks are bonded together, we practise an exterior and interior reinforcement of all walls, floors and roofs (double-sided) with OSB panels by bonding with structural bonds. What we call the inner and outer reinforcement by lamination (in physics the lamination effect). With the Newood technology, we don’t nail or screw anymore.

Newood constructions are particularly homogeneous. From the first row of the ground floor to the ridge, the same material runs everywhere. By the conjugated sandwich and lamination effects we obtain constructions with «a high and favourable ratio of strength/weight» (J. Conte, Professor in structural engineering and earthquake design at the UCSD and director of the NHERI shake table).

With a thickness of nearly 40 cm of EPS insulating foam, Newood constructions are a-thermal. Outdoor temperatures (cold or hot) cannot penetrate a Newood building. This allows the Newood technology to ensure a top worldwide insulation level. Thanks to the integrated ventilation system, the Newood constructions offer a real air conditioning. In winter or summer, in all latitudes, they can provide 20°C inside.

The bonding of block elements creates a perfect distribution of internal loads of walls, floors and roofs. By bonding the Newood structures on a concrete floor slab, the load lowering is distributed over the entire circumference unlike the wood frame construction where it is concentrated only on the feet of the skeletons.

IV – Newood, earthquake, hurricanes and tornadoes resistant.

It is the constructive homogeneity that makes Newood, yet a lightweight material, so resistant. In exceptional circumstances, constructive elements cannot de-solidarize. We can turn over a Newood construction as a ship without the slightest collapse. The hurricanes and tornadoes clearly show the «disassembly» due to the lack of constructive homogeneity of traditional technologies. One tile, a piece of sheet metal or a roof overflow that let go and in seconds a construction can be destroyed. On Newood constructions, winds can’t find grips.

V – Newood, the main metrics.

In summary, the key metrics of the Newood technology are:
– the very high mechanical strength,
– the a-thermal insulation (habitats that no longer require heating),
– the exceptional formability (a new dimension for architects), and
– the building costs of 20 to 30% lower than existing technologies.

With Newood, no heating, no damage, no death toll, no fatality.

——————————————————————————————————————–

Au sujet du polystyrène expansé

La formule chimique du polystyrène expansé est :  (C8H8)n. Il s’agit purement de carbone et d’eau. Il n’y a aucune autre molécule dans le polystyrène expansé (PSE).

Il est produit à partir de styrène issu de la pétrochimie. Lors du raffinage du pétrole brut il est extrait d’abord le kérosène, puis l’essence, le gasoil et le fuel domestique. Reste alors du goudron dont est extrait le styrène qui aurait pu être extrait d’autres ressources comme le charbon et même éventuellement du bois. Le styrène est un sous-produit du pétrole.

Le styrène est ensuite transformé en billes qui au contact avec de la vapeur d’eau et de gaz butane ou pentane vont s’expanser dans un moule jusqu’à la forme désirée et qui ne contiennent aucun gaz destructeur de la couche d’ozone. L’industrie du PSE a une excellente réputation professionnelle. C’est une industrie propre, nullement dangereuse, jamais d’histoires, pas d’articles alarmants dans la presse, bonne réputation, etc. La production de PSE est encore une technologie pointue avec des techniciens forts compétents.Le PSE peut être intégralement recyclé !

Le PSE a des défauts, mais aussi quelques qualités bien cachées qui en font un matériau au contraire de vulgaire, très noble.

À l’origine, dès après la Seconde Guerre mondiale, le PSE avait été conçu pour l’isolation des habitations. Quelques années plus tard, l’industrie de l’emballage découvrit l’excellence du PSE pour la protection en particulier d’objets fragiles (bonne maintenance, protection). Ce qui a eu pour conséquence que les acheteurs d’électroménager et autres téléviseurs ou ordinateurs se sont empressés de jeter l’emballage PSE comme si c’était le plus vulgaire des matériaux juste bons pour la poubelle. Suivi par les gobelets isolants et autres barquettes alimentaires (quotidiennes). 

Le PSE est cassant, il résiste mal aux UV et aux solvants. Il est inflammable comme le bois (carbone).

Le PSE cache une formidable résistance constructive au cisaillement et sans UV ou de présence de solvants, bien enveloppé par du bois il est très résistant au vieillissement. 

Le PSE peut être moulé avec une très grande précision, il est aussi dimensionnellement très stable.

Le PSE est non toxique. Pour preuve, il est utilisé massivement pour l’emballage d’aliments comme la viande et le poisson. Qui n’a pas acheté son steak dans une barquette au supermarché ? Les gobelets PSE servent quotidiennement à des foules de consommateurs de boissons.

Quoi que les concurrents veuillent bien dire, le PSE est actuellement le meilleur isolant connu. Ce qu’enseignent les écoles d’architecture en France et ailleurs. Le seul qui permet de construire de l’habitat athermique ! Est-il nécessaire de rappeler qu’un tiers de la facture nationale d’énergie sert au chauffage de l’habitat ?

Contrairement à ce que disent certains, la production de PSE ne nécessite pas beaucoup d’énergie. L’énergie nécessaire est utilisée exclusivement pour la production de vapeur et pour la découpe en plaques ou en blocs. 

Le PSE est bon marché. Un mètre cube de PSE de 18k/m3 coûte près de 90 euros/m3 rendus. Comparé au prix de panneaux OSB qui coûte 500 euros/m3 et qui nécessite bien plus d’énergie (abattage, broyage et pressage à chaud dans des presses colossales). Et par ce que les panneaux OSB sont en bois ils seraient plus écologiques que le PSE (carbone) ? Le PSE est produit strictement aux normes Iso et Din.

Sur l’Internet il y a des personnes qui se plaisent à véhiculer des fake informations. Que le PSE n’est pas biodégradable. Qu’il faut de l’ordre de 500 ans (!) pour que le sol puisse le digérer. Et d’où vient donc ce délai ? De tests de vieillissement accélérés en laboratoire. Ce qui est incomparable avec le vieillissement dans la terre, où du sable et des graviers vont le frotter et le broyer, ainsi que les insectes et autres micros-organismes qui vont accélérer le vieillissement. 

Dans le domaine de la construction générale, il est maintenant souvent question de la durabilité des constructions. Les constructions vieillissent mal, ne durent pas assez longtemps. L’habitat individuel a du mal à passer le cap des cinquante ans sans rénovations souvent profondes. Peut-on alors reprocher au polystyrène d’être durable ? Certainement pas.

Le danger du PSE est d’un autre ordre, la négligence humaine. Notre propre négligence qui fait souffrir les oiseaux et plus encore les poissons. Les oiseaux peuvent prendre les billes de PSE pour des graines et éventuellement s’en faire une indigestion. En aucun cas ils ne vont s’installer sur un morceau de PSE pour en arracher des billes pour se nourrir. Le pire c’est pour les poissons. Les billes de PSE sont translucides et lors d’ingestion de plancton ou de petites proies, un poisson peut en avaler durablement sans s’en apercevoir et bloquer son système de digestion de façon mortelle. Nous savons tous d’où ces billes de PSE proviennent et pourquoi ils se retrouvent massivement dans la mer.

À tort, le PSE a une mauvaise réputation, non méritée. C’est un isolant parfait, durable et mécaniquement excellent pour produire un matériau de type sandwich ou composite. À la condition de ne pas le laisser traîner. Le PSE qu’on retrouve dans la mer ne provient pas de la construction générale, mais des emballages. À bons entendeurs salut. Willem.

——————————————————————————————————————–

About Expanded Polystyrene.

The chemical formula of expanded polystyrene is : (C8H8)n. It is purely carbon and water. There are no other molecules in expanded polystyrene (EPS).

It is made from styrene from petro chemistry. When refining crude oil, it is first extracted kerosene, then gasoline, diesel and domestic fuel. This leaves the tar from which the styrene is extracted, which could have been extracted from other resources such as coal and even possibly wood. Styrene is an oil by-product.

The styrene is then transformed into balls that, in contact with water vapour and butane or pentane gas, will expand in a mould to the desired form and contain no ozone-depleting gases. The EPS industry has an excellent professional reputation. It is a clean industry, by no means dangerous, never stories, no alarming articles in the press, good reputation, etc. The production of EPS is still a sophisticated technology with highly skilled technicians. The EPS can be completely recycled !

Originally, after the Second World War, the EPS was designed for housing insulation. A few years later, the packaging industry discovered the excellence of the EPS for the protection in particular of fragile objects (good maintenance, protection). This resulted in buyers of appliances and other televisions or computers rushing to throw out EPS packaging as if it were the most vulgar material just good for the trash. Followed by insulating cups and other food trays (daily).

The EPS has defects, but also some well concealed qualities that make it a material unlike vulgar, very noble.

EPS is brittle, poorly resistant to UV and solvents. It is flammable like wood (carbon).

The EPS hides a formidable constructive shear resistance and without UV or presence of solvents, well wrapped by wood it is very resistant to aging.

The EPS can be moulded with very high precision, it is also dimensional-ly very stable.

EPS is non-toxic. As evidence, it is used extensively for packaging foods such as meat and fish. Who didn’t buy their steak in a tray at the supermarket? EPS cups are used daily by crowds of beverage consumers.

Regardless of what competitors want to say, EPS is currently the best known insulator. What architecture schools teach in France and elsewhere. The only way to build a-thermal habitat! Is it necessary to recall that one-third of the national energy bill is used for home heating?

Contrary to what some say, the production of EPS does not require much energy. The necessary energy is used exclusively for the production of steam and for cutting into plates or blocks.

The EPS is cheap. A cubic metre of 18k/m3 EPS costs nearly 90 euros/m3 rendered. Compared to the price of OSB panels that cost 500 euros/m3 and that requires much more energy (cut down the trees, grinding and hot pressing in colossal presses). And because OSB panels are made of wood they would be greener than EPS(carbon)? EPS is produced strictly to Iso and Din standards.

On the Internet there are people who like to convey fake information. That EPS is not biodegradable. That it takes 500 year (!) for the soil to digest. And where does this delay come from? Accelerated ageing tests in a laboratory. What is incomparable with aging in the earth, where sand and gravel will rub and grind it, as well as insects and other micro-organisms that will accelerate aging.

In the field of general construction, the sustainability of buildings is now often discussed. Modern constructions do not age well, do not last long enough. Individual habitat has difficulty surpassing the fifty-year mark without often, deep renovations. Can we then blame polystyrene for being durable? Certainly not.The danger of EPS is of another order, human neglect. Our own neglect that hurts birds and even more fish. Birds can take EPSbeads for seeds and possibly suffer from an indigestion. In no case will they settle on a piece of EPSto rip out marbles to feed themselves. The worst is for fish. EPSbeads are translucent and when ingesting plankton or small prey, a fish can swallow them sustainably without noticing and block its digestion system in a lethal way. You all know where these EPS beads come from and why they end up in the sea.

By our cumulative individual negligence. 

The EPS has, wrongly, an undeserved bad reputation. It is a perfect, durable and mechanically excellent insulator to produce a sandwich or composite type building material. Provided it doesn’t hang around. The EPS in the sea does not come from general building, but from packaging. Good hearers, hello. Willem.